Prêt étudiant : quelles sont les autres solutions pour financer ses études ?

1660
Partager :

Financer ses études est tout sauf facile ! En dehors des frais de scolarité, il faut prendre en charge le logement, les transports, la nourriture, les documents de cours, etc. Ceci n’est pas toujours facile lorsqu’on est encore étudiant. Heureusement, il existe plusieurs solutions pour profiter d’un accompagnement financier afin de poursuivre les études.

Le crédit à la consommation

Le crédit à la consommation est destiné pour le financement de plusieurs projets outre ceux qui ont rapport avec l’immobilier. On dira qu’il est plus réservé aux consommateurs désirant effectuer un achat particulier ou un projet personnel. Ce prêt est octroyé aux personnes présentant au moins une bonne capacité emprunt consommation.

Lire également : Comment la Montpellier Gaming Academy a trahi les espoirs des jeunes gamers

Il existe trois types de crédit consommation que sont : le crédit affecté, le crédit non affecté, et le crédit renouvelable. Le crédit affecté ne peut servir qu’à l’achat d’un bien fixe. Il est presque similaire à un crédit auto, mais le produit acheté diffère.

Dans le cas d’un crédit non affecté, l’emprunteur est libre d’utiliser son argent comme bon lui semble. Il n’est pas tenu de justifier ces achats. Vous pourriez facilement bénéficier de ce type de crédit, mais le taux d’intérêt est souvent très plus élevé. Quant au crédit renouvelable (ou crédit révolting), c’est une sorte de réserve d’argent. L’emprunteur en fait totalement ou partiellement usage.

Lire également : Les meilleures options pour financer votre formation professionnelle

Pour obtenir un crédit consommation, vous pourriez vous rapprocher des banques. On compte également quelques organismes qui proposent particulièrement ce service. Le montant du crédit accordé ne peut pas dépasser 75 000 €. En ce qui concerne le taux d’emprunt, il est réellement connu à la signature du contrat, après l’analyse de plusieurs paramètres.

Le prêt garanti par l’État

Le prêt garanti par l’État est une solution facilitée par le gouvernement pour aider les étudiants les plus démunis. Il s’agit de ceux qui n’ont pas assez de ressources ou de ceux qui sont orphelins. Ce prêt est disponible depuis 2008 et est accessible à tous les étudiants des pays de l’Espace économique européen.

Les étudiants du Liechtenstein, de l’Islande ou encore de la Norvège peuvent aussi bénéficier de ce prêt. Tous les souscrivant devraient avoir moins de 28 ans à la signature du contrat de prêt. Être inscrit dans une Université, dans une classe préparatoire, dans une école de commerce ou simplement dans une grande école serait indispensable.

Jusqu’à avril 2021, le montant accordé était de 15 000 €. Mais, depuis mai 2021, ce chiffre est passé à 20 000 € suite aux effets de la crise sanitaire du Covid-19. En ce qui concerne le taux d’emprunt, chaque établissement le fixe selon ces critères. Toutefois, la durée du remboursement est toujours supérieure ou égale à deux ans.

Généralement, la plupart des étudiants contractent un prêt garanti par l’État d’une valeur de 8 300 €. Le remboursement se fait souvent en 6 ans. Lorsque vous finissez vos études, vous avez la possibilité de faire un remboursement partiel ou d’opter pour un remboursement différé total. Notez qu’il peut y avoir des prêts garantis par votre commune ou votre département.

Le financement participatif

En dehors des prêts bancaires, il existe d’autres solutions pour financer ces études. On retrouve par exemple les plateformes de financement participatif (crowdfunding en anglais). Les plus connues à ce jour sont KissKissBankBank et Leetchi. Leurs utilisations sont souvent assez simples. Vous n’aurez pas besoin de trop vous y connaitre en informatique.

Une fois inscrit, l’étudiant expose clairement son projet d’étude. Selon qu’ils soient convaincus ou non, les autres internautes peuvent financer votre projet par des dons ou pas. Pour attirer plus de donateurs, il faudrait présenter un projet très percutant. Vous aurez plus de chance si vous incluez la création d’une startup ou la participation à des programmes de bourses extérieurs.

Il faut souligner que le recours à ces plateformes n’est pas une solution à privilégier. Les dons sont souvent rares et le modèle de financement est un peu aléatoire. Plusieurs plateformes ont arrêté de fonctionner vu qu’il ne trouvait pas un modèle idéal.

Les bourses d’études et aides financières locales

En plus du financement participatif, il existe aussi les bourses d’études et les aides financières locales. Celles-ci peuvent être accordées par l’État ou par des collectivités territoriales. Elles visent à aider les étudiants en difficulté financière à poursuivre leurs études.

Les critères pour bénéficier de ces bourses sont différents selon chaque pays. En France, on distingue plusieurs types de bourses : la Bourse sur Critères Sociaux (BCS), destinée aux familles modestement aisées ; la Bourse pour l’Enseignement Supérieur sur Mérite (BESM), qui récompense les meilleurs élèves ; et la Bourse au Logement Étudiant (BLE) pour ceux qui ont besoin de se loger.

Pensez à bien noter qu’il y a aussi des aides spécifiques liées à certaines conditions, comme la prise en charge des frais d’inscription pour les sportifs de haut niveau ou encore une aide pour le transport si vous habitez loin du lieu des cours. Pour avoir accès à ces informations, il faut s’informer auprès du centre social proche ou encore aller voir son conseiller d’orientation.

Nous avons constaté que ces dispositifs ne suffisent souvent pas à couvrir tous les besoins financiers des étudiants durant toute leur scolarité. Il est donc judicieux de prévoir une solution complémentaire avec un prêt bancaire raisonné ou le recours au financement participatif si nécessaire.

Le recours à un job étudiant pour financer ses études

Au-delà des solutions précédemment évoquées, il est aussi possible pour les étudiants de travailler pendant leurs études. Le recours à un job étudiant permet effectivement de subvenir à ses besoins financiers tout en acquérant une expérience professionnelle valorisante. Cela peut aussi aider les étudiants à développer des compétences utiles pour leur future carrière.

Vous devez trouver du temps pour vous consacrer aux révisions et aux examens. Il faut aussi veiller au respect du droit du travail : le temps de travail hebdomadaire ne doit pas dépasser 35 heures, sauf autorisation exceptionnelle.

Les jobs proposés sont très diversifiés selon les régions ainsi que les secteurs d’activité, allant du baby-sitting à la vente en passant par la garde d’animaux ou encore l’aide aux personnes âgées. Les plateformes en ligne offrent désormais beaucoup plus d’options avec des propositions flexibles selon vos disponibilités dans différents domaines tels que le marketing digital ou encore la correction des contenus web.

De nombreux sites internet recensent ces offres (Job Étudiant, StudentJob…) et vous pouvez aussi vous adresser directement auprès des entreprises qui recherchent des stagiaires ou alternants ; ils acceptent souvent des contrats part-time comme employé polyvalent sur leur site de production, par exemple. Quelques astuces peuvent être mises en place afin de décrocher rapidement un contrat : la candidature spontanée ou la proposition de service sur les réseaux sociaux. Pensez à soigner vos CV et lettres de motivation pour maximiser vos chances d’être retenu.

Le job étudiant est une solution intéressante pour financer ses études tout en acquérant de l’expérience professionnelle. Cela ne doit pas nuire aux résultats académiques des étudiants qui doivent rester leur priorité absolue.

La souscription à une assurance étudiante pour couvrir les frais de scolarité

Au-delà du recours à un job étudiant, une autre solution pour financer ses études est la souscription à une assurance étudiante. Cette assurance permet de couvrir les frais de scolarité ainsi que d’autres dépenses liées aux études.

Cette assurance, proposée par certaines sociétés d’assurances, peut être souscrite par l’étudiant ou bien par ses parents. Elle permet de garantir la prise en charge des frais en cas d’accident ou de maladie grave, de décès prématuré ou encore dans le cas où l’étudiant doit interrompre ses études pour faire face à des circonstances imprévues. Certaines compagnies offrent aussi des services complémentaires tels que l’aide juridique ou encore la protection contre le vol et les dégradations sur le campus universitaire.

Les coûts annuels varient selon les contrats et options choisis. Ils sont souvent assez raisonnables comparés aux autres solutions qui s’offrent aux étudiants (prêt bancaire, crédit revolving…) ; il existe même des formules gratuites proposées par certains établissements bancaires afin de fidéliser leur clientèle jeune.

Pour choisir son contrat d’assurance étudiante, vous devez bien lire toutes les clauses du contrat avant toute signature et si nécessaire, demander conseil auprès d’un courtier professionnel spécialisé en ce domaine. Il faut aussi comparer plusieurs devis car ils peuvent varier significativement selon les critères retenus : âge, sexe, situation géographique, etc. Avec internet aujourd’hui, vous pouvez trouver des plateformes spécialisées pour comparer les offres très facilement.

La souscription à une assurance étudiante peut être un moyen pertinent pour couvrir les frais de scolarité et autres dépenses liées aux études. Vous devez bien lire toutes les clauses du contrat avant toute signature afin d’éviter toute mauvaise surprise en cas de besoin.

Les programmes d’échange universitaire pour étudier à l’étranger à moindre coût

Une autre solution pour financer ses études est de participer à un programme d’échange universitaire, qui permet aux étudiants de partir étudier dans une université étrangère pendant une période donnée tout en continuant à bénéficier des avantages financiers et sociaux offerts par leur propre institution.

Cela peut être une opportunité incroyable pour les jeunes, car elle leur offre la chance de découvrir de nouvelles cultures, d’apprendre une nouvelle langue, et surtout d’améliorer leurs compétences académiques et professionnelles. Les programmes d’échanges sont souvent gérés par le service international ou les relations internationales des universités partenaires.

Les frais associés à ces programmes varient selon les pays choisis ; certains peuvent être très abordables alors que d’autres peuvent coûter plus cher. Toutefois, il existe aussi des bourses et aides financières disponibles pour aider les étudiants ayant besoin d’un soutien supplémentaire.

Il y a plusieurs façons dont vous pouvez trouver un programme qui correspond à vos intérêts. Vous pouvez commencer par consulter votre conseiller pédagogique ou contacter directement le bureau des relations internationales de votre institution pour obtenir plus d’informations sur les programmes proposés. Il est aussi recommandé de faire vos propres recherches sur internet afin de trouver différentes options.

Pensez à bien nombreux employeurs apprécient l’expérience acquise lorsqu’on a été immergé dans un milieu différent avec toutes ses spécificités culturelles. Participer à un programme d’échange universitaire peut donc non seulement être une opportunité pour financer ses études, mais aussi un atout indéniable sur le marché du travail.

Partager :